Topic | Choose topic/s and define your search
Affiliations / Personalities
Sources
Date Range

Abbas : 460 millions de dollars d’aide américaine « ne signifie pas qu’ils peuvent nous dicter tout ce qu’ils veulent »

Itamar Marcus et Nan Jacques Zilberdik  |
Les dirigeants de l’Autorité palestinienne (AP) et ses médias officiels ont attaqué les Etats-Unis en faisant une série de déclarations anti-américaines, en réaction au veto américain sur une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU la semaine dernière au sujet des constructions israéliennes à Jérusalem et en Judée-Samarie.

Ces attaques verbales interviennent malgré l’aide financière substantielle que les Etats-Unis octroient à l’Autorité palestinienne. Quelques semaines avant le vote à l’ONU, Mahmoud Abbas avait déjà annoncé que le soutien financier américain à l’AP ne permettait pas aux Etats-Unis « de dicter tout ce qu’ils veulent ». Abbas a cité deux exemples de requêtes de l’administration Obama qu’il a personnellement rejetées :

Mahmoud Abbas : « Les Etats-Unis nous portent assistance par une somme annuelle de 460 millions de dollars. Cela ne signifie pas qu’ils nous dictent tout ce qu’ils veulent, puisque nous faisons ce que nous jugeons bénéfique pour notre cause. Je me souviens qu’ils nous avaient dit : ‘Ne vous rendez pas au Sommet arabe à Damas’, et pourtant nous y sommes allés. Ils nous ont demandé de ne pas signer le traité de réconciliation égyptien [entre le Fatah et le Hamas], et pourtant nous avons envoyé Azza Al-Ahmed le signer. »
[Al-Hayat Al-Jadida, le 24 janv. 2011]

Depuis le vote des Nations unies, l’Autorité palestinienne a proféré des attaques verbales contre le président Obama et les Etats-Unis en général.

(PMW a ajouté le caractère gras)

Article d’opinion du journal quotidien officiel de l’AP :
« [Titre] : ‘Oui nous le pouvons’ »
« Le Président Obama n’attache aucune importance aux valeurs, à la morale, aux principes des droits de l’Homme, ou à la loi internationale. Tout ce qui l’intéresse est son propre intérêt et les intérêts de son pays. Il oublie que le monde change, et qu’il n’est plus l’otage des intérêts américains. »
« Tout ce qu’il [Obama] peut faire est s’incliner devant Netanyahou et Liberman… Le Président Obama s’incline devant Israël. »
« Les nations arabes commenceront bientôt à chanter leurs vieux slogans, comme ‘L’Amérique est la tête du serpent’. »
« Nos nations [arabes] se sont retenues pendant longtemps, mais elles vont se soulever, se rebeller, [opérer] un changement, et répondre, ‘Oui, nous le pouvons’. »
[Al-Hayat Al-Jadida, le 20 février 2011]

Djibril Rajoub, vice-secrétaire du Comité central du Fatah :
Le veto américain « va à l’encontre des valeurs de liberté » et est « un comportement dictatorial de premier ordre ».
« L’Administration américaine a fait le choix d’une agression unilatérale contre les droits de l’Homme ».
[Al-Hayat Al-Jadida, le 20 février 2011]

Hafez Barghouti, rédacteur au journal quotidien officiel de l’Autorité palestinienne :
« Nous comprenons très bien que les protestations et les révolutions qui embrasent les pays arabes ont des racines économiques et sociales, et qu’elles sont liées à la corruption et à l’injustice sociale. Cependant, elles sont le résultat d’Etats policiers qui imposent l’oppression, d’abord et avant tout pour préserver leurs liens avec les Américains. Chaque Arabe corrompu a un partenaire étranger ou israélien, et les plus corrompus et les plus riches en Egypte ont des partenaires en Israël dans le domaine du gaz et autres. Par conséquent, la rébellion contre l’oppression et la corruption doit être dirigée vers les parrains des voleurs de ressources naturelles et les oppresseurs des nations, et non seulement contre leurs agents. »
[Al-Hayat Al-Jadida, le 20 février 2011]

Mahmoud Abbas, chef de l’Autorité palestinienne :
« Le veto américain ne mettra pas fin à notre activité liée aux institutions internationales. »
[Al-Hayat Al-Jadida, le 20 février 2011]

Il faut souligner que non seulement les Etats-Unis sous l’Administration d’Obama sont une aide financière majeure de l’AP, mais depuis sa création en 1993, l’AP a reçu plus d’aide financière des Etats-Unis que de n’importe quel autre pays. Selon un rapport de la Banque mondiale de 2004, les Etats-Unis étaient les principaux donateurs des Palestiniens, avec une aide de 1,3 milliard de dollars à l’AP et aux ONG. En 2007, le montant était de plus d’1,5 milliard de dollars, et l’aide américaine a toujours conservé de tels niveaux depuis. La majorité de l’infrastructure palestinienne a bénéficié de l’aide américaine, y compris les écoles, les hôpitaux, les universités, les systèmes d’eau, le développement des routes, les sports, etc.

Voici des extraits de déclarations des dirigeants de l’AP et d’articles du journal quotidien officiel de l’AP en réaction au veto américain :

Article du journal quotidien officiel de l’AP :
« Le Président Mahmoud Abbas a affirmé qu’il croyait que le fait que 14 pays aient voté en faveur du projet de résolution est une ‘vraie victoire de la diplomatie palestinienne, malgré le veto américain’… Pour sa part, le secrétaire général de l’OLP Yasser Abed Rabbo a déclaré à l’AFP (Agence France Presse) : ‘Notre décision dans l’immédiat est de nous tourner vers l’Assemblée générale des Nations unies pour faire passer une résolution contre les colonies, les dénoncer et signaler qu’elles sont illégales. Ensuite, nous soumettrons à nouveau le projet [le projet de résolution] dénonçant les colonies devant le Conseil de sécurité… Le veto américain ne mettra pas fin à notre activité liée aux institutions internationales, et ne nous incitera pas à cesser de rechercher la liberté et l’indépendance.’…
Un haut membre du Fatah a affirmé que le veto américain ‘représente une menace stratégique pour les intérêts américains dans la région du Moyen-Orient’. Le vice-secrétaire du Comité central du Fatah, Djibril Rajoub, a affirmé à l’Agence France Presse : ‘Le veto va à l’encontre des valeurs de liberté défendues par l’Administration américaine dans notre région, et des valeurs du peuple américain concernant le respect des droits de l’Homme. Nous le voyons comme un comportement dictatorial de premier ordre, et un coup porté aux résolutions de légitimité internationale et aux lois internationales et humanitaires… L’Administration américaine a fait le choix d’une agression unilatérale contre les droits de l’Homme. »
[Al-Hayat Al-Jadida, le 20 février 2011]

Titre : « Les Palestiniens ont une fois de plus été brûlés par le feu du veto américain… »
« Le secrétaire du mouvement du Fatah à Naplouse, Mahmoud Shtayyeh, a affirmé à Al-Hayat Al-Jadida que le veto américain était un sceau de Caïn sur le front de l’Administration de Barack Obama, qui se vante d’étendre son parrainage sur le processus de paix. Ashtiyeh a déclaré qu’il est impossible de faire confiance à l’Administration américaine en tant que parraine du processus de paix, après qu’elle ait donné son accord officiel sur la poursuite des constructions dans les colonies et dans la ville occupée de Jérusalem. Il a souligné que depuis des décennies, la position américaine n’a pas changé, c’est une position égale, qui penche toujours pour les intérêts israéliens. »
[Al-Hayat Al-Jadida, le 20 février 2011]

Titre : « Le veto américain anéantit les négociations »
« Le secrétaire du Comité exécutif de l’OLP, Yasser Abed Rabbo, a annoncé que les dirigeants vont reconsidérer l’ensemble des négociations dans la mouvance du veto américain au Conseil de sécurité [de l’ONU]… Il a souligné : « Nous devons réexaminer notre engagement envers l’ensemble du processus des négociations comme un tout, parce que la position américaine n’est pas équitable.’ »
[Al-Hayat Al-Jadida, le 19 février 2011]

Article d’opinion du journal quotidien officiel de l’AP
Titre : « Oui, nous le pouvons »
« Contrairement au slogan choisi pour sa campagne dans sa course à la présidence, ‘Oui, nous le pouvons’, le Président Obama a montré – en utilisant son [pouvoir] de veto au Conseil de sécurité – que tout ce qu’il peut faire est de s’incliner devant Netanyahou et Liberman… Le Président Obama s’incline devant Israël - qui vole les droits du peuple palestinien - parce qu’il a commencé à planifier sa campagne de 2012 de prolongation de son mandat.
Par conséquent, il a fait pression sur le Président Mahmoud Abbas dans une conversation qui a duré 50 minutes, dans laquelle il a utilisé les menaces pour forcer les dirigeants palestiniens de se rétracter de leur [projet de] résolution condamnant les colonies et signalant leur illégalité… Le Président Obama n’attache aucune importance aux valeurs, à la morale, aux principes des droits de l’Homme ou aux lois internationales. Tout ce qui lui importe est son propre intérêt et les intérêts de son pays. Il oublie que le monde change, et qu’il n’est plus l’otage des intérêts américains… Le peuple palestinien, avec sa longue histoire de résistance, sait que les nations arabes commenceront bientôt à chanter leurs vieux slogans, comme ‘L’Amérique est la tête du serpent’. Les masses arabes montreront qu’elles se soulèvent non seulement contre la pauvreté et la corruption, mais aussi contre l’avilissement et l’humiliation et [qu’elles veulent] retrouver leur gloire et leur dignité. Le symbole de la gloire et de la dignité des masses arabes est le conflit avec Israël et ses alliés, après leur fuite des régimes qui les ont opprimés, les ont appauvris, les ont affamés, et qui ont agi comme une barrière entre eux et l’enrayement de l’entreprise sioniste. Tous les sacrifices sont insignifiants, si l’alternative est l’avilissement et l’humiliation. Nos nations se sont retenues pendant longtemps, mais elles se soulèveront, se rebelleront, [apporteront] le changement, et répondront, ‘Oui, nous le pouvons’. »
[Al-Hayat Al-Jadida, le 20 février 2011]

Hafez Barghouti, rédacteur du journal quotidien officiel de l’AP :
« Nous, en tant que Palestiniens, devons nous tourner vers nos jeunes pour qu’ils prennent contact avec leurs pairs arabes via Facebook et les préviennent des tentatives américaines et occidentales de récolter les fruits des protestations [dans les pays arabes] et [leurs tentatives] de nommer des dirigeants de la jeunesse pour agir pour le bien l’agenda américain, afin d’établir une soumission suite à la chute des régimes qui ont servi la politique américaine depuis des décennies. Les dirigeants palestiniens sont parvenus à mettre au jour l’hypocrisie américaine et la discrimination incommensurable en faveur de l’occupation, exprimée en utilisant leur veto contre la condamnation des colonies. Ce seul fait montre l’essence de la politique colonialiste américaine, hostile envers la nation arabe, et en particulier envers la nation palestinienne et ses aspirations de paix, dignité et justice. Nous comprenons très bien que les protestations et les révolutions qui embrasent les pays arabes ont des racines économiques et sociales, et qu’elles sont liées à la corruption et à l’injustice sociale. Cependant, c’est le résultat des Etats policiers qui imposent l’oppression, d’abord et avant tout dans l’intérêt de leurs liens avec les Américains. Chaque Arabe corrompu a un partenaire étranger ou israélien, et les plus corrompus et le plus riches en Egypte ont des partenaires en Israël dans le domaine du gaz et autres. Par conséquent, la rébellion contre l’oppression et la corruption doit être dirigée directement contre les parrains des voleurs de ressources naturelles et les oppresseurs des nations, et non seulement contre leurs agents. »
[Al-Hayat Al-Jadida, le 20 février 2011]
Categories in this Analysis
Related View all ❯